Le coin du Fana

 

Nos Lectures

Le coin du chineur

Ceux qui partagent notre passion

 

Un  grand pilote nous a quitté

Jean-Marie Saget est décédé le mardi 20 mars  2020.
Le monde de l’aéronautique a reconnu dès ses débuts ses qualités de pilote, sa rigueur et sa compétence dans l’analyse du comportement  d’un avion.
Tous ceux qui l’on rencontré ont apprécié sa convivialité et sa modestie.

Né le 17 mars 1929, passionné d’aviation dès l’enfance, il  entre à l’École de l’Air de Salon  en 1949 et reçoit son brevet de pilote militaire français  le 9 février 1952 après une période de formation aux États-Unis. Affecté à la base de Dijon, il vole sur P 47 Thunderbolt puis sur  Vampire  et sur Ouragan. Sa victoire (suite à une minutieuse  préparation) dans la coupe Saint-Exupery (Course Paris-Cannes) le fait remarquer par Marcel Dassault qui l’engage comme pilote d’essai en 1955.
Du Mystère II au Mirage 4000 il volera sur tous les prototypes d’avions militaires de Dassault  et effectuera le premier vol d’une dizaine d’entre eux. Nommé Chef Pilote de Dassault Aviation  en juillet 1979, il effectuera son dernier vol d’essai sur avion militaire avec  le Mirage 4000 le 24 décembre 1985 mais poursuivra les vols sur les avions civils jusqu’en 1989.

Mais ses vols d’essais ne suffisant sans doute pas à combler sa passion du vol et à son désir de la communiquer à tous, il volait en famille sur avions de tourisme. (La « patrouille Saget » a  effectué  en aéroclub  des présentations rassemblant jusqu’à 8 avions) et il créa en 1966 l’Aéroclub des Essais en vol Dassault  qui se dota d’une section voltige en 1969.
Revenant à ses premiers vols sur jet, il acheta un Vampire de la troupe d’aviation suisse et créa l’association Cercle de Chasse de Nangis,  aujourd’hui et appelée Cercle de Chasse de Melun Villaroche, dotée de 4 avions qu’elle présente dans les meetings.
Toujours pour aider à promouvoir la passion du vol et de la voltige, il a été un des artisans, avec Jean-Marie Klinka de la mise au point du renforcement du longeron de voilure du CAP 10, permettant d’autoriser à nouveau à cet avion son domaine de vol initial, qui avait été réduit  suite à des accidents.

 

                           Bon dernier vol Jean-Marie

 

NOUS JOINDRE

Retour Page d’Accueil